Phenix Promotion

MOTOCULTOR FESTIVAL – @Theix (FR) le 17/08/14

Troisième et dernière journée sur les terres du MOTOCULTOR avec :

TESTAMENT + ARCANIA + EPICA + BELPHEGOR + IN EXTREMO + LOUDBLAST + OBITUARY + NAÏVE + KORITNI + INQUISITION + CHURCH OF MISERY + QUANTICE + HEADCHARGER + MOBÜTU + ANTICORPSE

hélas celle-ci commencera avec un petit problème technique personnel qui fait que je pourrais couvrir le premier groupe ANTICORPSE.

MOBÜTU

01

La journée commencera donc pour moi sur le son rock grassouillet motorheadien de MOBÜTU. Et le groupe envoie la sauce sans fioritures, c’est simple et efficace, leur musique comme le discours du chanteur/bassiste ne manque pas de sincérité et ça fait du bien.

IMG_2308

Leur set va venir comme un petit vent frais et agréable qui va nous réveiller (pour ceux qui ne le sont toujours pas assez). On a des morceaux de qualités, un set plein d’énergie, des zikos souriant et carré, que demander de plus ? MOBÜTU sera une très bonne découverte que je ne manquerais pas de revoir sur scène.

03

HEADCHARGER

04

HEADCHARGER est le groupe que l’on peut mettre dans bien des registres, stoner, rock, heavy… Mais avant tout HEADCHARGER est un groupe qui sait mettre le public dans sa poche. Défendant toujours leur dernier né (et magnifique) « Black Diamond Snake », les gaillards livreront, à leur grande habitude, une prestation sans défaut et qui laissera de belles traces.

05

Seb au chant est un véritable frontman qui sait motiver les troupes, l’ambiance est de mise. Le son est assez correct, le jeu à la basse toujours aussi terrible sans oublier les compères aux guitares et derrière les fûts qui envoie le bousin sans un pet de travers.

06

La conférence de presse commençant bientôt, je n’assisterais hélas pas à leur set complet et raterais par la même occasion le show de QUANTICE.

CHURCH OF MISERY

07

Konnichiwa ! Et oui CHURCH OF MISERY nous viennent du pays du soleil levant ! Le groupe m’est totalement inconnu, mais il faut dire que du Stoner doom Japonais ça surprend et encore plus quand on voit l’allure des zikos sur scène : patte d’éphélant, chemise réalisée avec les rideaux de grand-mère…

08

Mais une fois le set commencé, la biffle sera de mise, car c’est vraiment très bon. Je ne sais pas ce que prend le chanteur, mais vu comment il a l’air perché j’en veux bien ! Il plane totalement, a des allures efféminées dans ses mouvements (qui me font penser bizarrement à Janis Joplin), en bref il vit sa musique à 400 % et l’air de rien, c’est plaisant à voir. Le bassiste joue constamment sur le manche (dit comme ça, c’est très con je sais) mais sa basse est tellement basse qu’elle en touche quasiment le sol, en dehors de ça, son jeu est assez bon, et le son bien lourd pèse sur les épaules.

09

Le guitariste se fera plus discret je trouve, mais il offrira de bon moment même s’il abuse trop de l’effet (comme le chanteur d’ailleurs) ce qui vient parfois un peu casser un mouvement mis en route. Leur prestation m’aura surpris de rat à zèbre, CHURCH OF MISERY : à voir et revoir ! Dōmo arigatō gozaimasu (oui je connais trois mois en japonais alors je me la pète).

10

INQUISITION

11

INQUISITION est le groupe qui me surprendra toujours, c’est loin d’être une première pour moi en live, mais sans cesse ils me surprendront, et j’en resterais toujours à cette même question : comment font-ils pour nous livrer tant de puissance à deux ? La maîtrise on est d’accord mais quand même. Bien que le set se passe en plein jour (c’est dommage d’ailleurs, l’ambiance s’y pose moins) INQUISITION va assombrir les terres du MOTOCULTOR avec brio.

12

Un batteur et un guitariste/chanteur, la scène pourrais sembler vide, pourtant ce n’est pas le cas, des pieds de micro, posés de part et d’autre de la scène permettront à Dagon d’occuper tout l’espace d’un morceau à l’autre. En dehors d’un son plus que moyen en début de set, mais qui s’améliorera au fur et à mesure, et un public loin d’être réceptif je trouve, la prestation d’INQUISITION frôle la perfection. Que l’on aime ou pas le black, impossible d’être insensible au talent du duo que forme INQUISITION et surtout à l’intensité de leur musique.

13

Setlist : Force of the Floating Tomb / Nefarious Dismal Orations / Command of the Dark Crown / Those of the Night / Embraced by the Unholy Powers of Death and Destruction / We Summon the Winds of Fire (For the Burning of All Holiness) / Desolate Funeral Chant / Master of the Cosmological Black Cauldron / Astral Path to Supreme Majesties / Infinite Interstellar Genocide

 

KORITNI

14

On change totalement de registre et d’ambiance avec les franco australiens de KORITNI. Lex Koritni au chant agira toujours en très bon front man de par ses mimiques, de sa présence énorme sur scène ou encore de la grande complicité avec les autres membres.

15

Des morceaux excellents, des guitaristes impressionnants, une basse qui va dans tous les sens, KORITNI c’est de la haute voltige et toujours un plaisir à voir en live. Un clin d’œil fort sympathique et particulier avec la reprise d’« Antisocial » version ANTHRAX qui mettra tout le monde d’accord et mettra un coup de peps à une ambiance déjà forte dans le public et sur scène. Une setlist de qualité pour un groupe qui l’est tout autant.

16


Setlist : Take a Long Line / Down at The Crossroads / TV’s Just a Medium / Money Talks / Antisocial (cover ANTHRAX) / Stab in the Back / Better Of Dead / Let it Go / Under the Overpass / Red Light Join / Nobody’s Home

17

NAÏVE

18

NAÏVE, gagnant du Headbang Contest va surprendre en bien des points. Difficile de premier abord, mais au fur et à mesure du set, le charme opère et vraiment leur musique est excellente, c’est très atmosphérique, torturé parfois face à d’autres moments plus lumineux, c’est du super taf de composition.

19

Cependant, il sera très difficile au public d’accrocher le set de NAÏVE car ce n’est aucunement du metal, c’est très ambiant et ça va même casser un peu le mouvement, il faut dire que de jouer dans un tel registre après KORITNI et avant OBITUARY, ça en surprendra plus d’un. Je pense que NAÏVE était conscient de ce qui ici est une belle prise de risque, ils auront assuré et malgré un public qui ne semblait pas convaincu, je ne manquerais pas de me fournir leur galette et de planer tranquillement chez moi à l’écoute de ce qui est une musique magnifique.

20

OBITUARY

21

Il est temps de se prendre à nouveau une dose de death metal ben burné avec les Américains de OBITUARY. Sur scène, c’est terriblement efficace et les vieux fans seront comblés d’une setlist axée sur les premiers albums sans compter une belle surprise avec l’interprétation de deux nouveaux morceaux que sont « Visions In My Head » et « Violence ».

22

Trevor Peres et Kenny Andrews envoient de bonnes tranches de riffs incisifs et ravageurs, des soli exécutés avec une précision aussi extrême qu’est leur musique. John Tardy au chant occupe très bien l’espace de la scène, et envoie ses growls tout en puissance sans en perdre le sourire.

23

Le son est très bon, le public fait honneur à OBITUARY et se défoule comme il se doit. Il était difficile de s’attendre à autre chose de la part d’un groupe avec un tel renom et autant de bouteille.

24

Setlist : Stinkupuss / Intoxicated / Bloodsoaked / Inked In Blood / Body Bag / Visions In My Head / Violence / Chopped In Half / Turned Inside Out / Back To One / I’m In Pain / Slowly We Rot

LOUDBLAST

25

LOUDBLAST est la référence française en death metal, toujours à défendre son petit dernier « Burial Ground » à coup de concerts et tournée qui laisse des traces, leur passage au MOTOCULTOR cette année était indéniable.

26

Stef Buriez et ses compères n’auront aucun mal à se mettre le public dans la poche, c’est un peu l’effet LOUDBLAST, deux trois riffs, une communication engageante auprès de son public et le tour est joué. LOUDBLAST aura concocté un set très équilibré entre morceaux « classiques » et quelques pépites du nouvel album.

27

Du début à la fin, il sera impossible de ne pas se laisser entraîner par la spirale LOUDBLAST face à tant de maîtrise et de charisme de chacun de ses membres sur scène. Une fois de plus LOUDBLAST aura montré son savoir faire au travers d’un show excellent.

28

Setlist : A Bloody Oath / The Bitter Seed / The Abstract God / Taste Me / Emptiness Crushes My Soul / From Dried Bones / Never Endin’ Blast / Flesh / The Horror Within / Cross the Threshold / My Last Journey

IN EXTREMO

29

IN EXTREMO est le groupe qui est encore trop « boudé » en France, pourtant le groupe a du bagage derrière lui. Le MOTOCULTOR nous permet donc de revoir ces joyeux gaillards sur scène.

30

IN EXTREMO se classe dans un registre folk metal mais avec un côté très celtique au vu de tous les instruments qu’ils utilisent telle les cornemuses, harpe celtique etc. Le set d’IN EXTREMO sera très varié et passera par des morceaux des deux derniers albums comme « Viva La Vida » ou le plus récent « Himmel Und Hölle », mais sans oublier les incontournables et magnifiques « Vollmond » et « Her Mannelig ».

31

Du côté scène, la troupe est très dynamique, chacun prenant la place de l’autre, sourires aux visages, et en communiquant un maximum avec le public. Micheal Rhein au chant prend des rides, mais sa voix ne bouge pas d’un poil et la maîtrise est là pour notre plus grand plaisir.

32

L’ambiance est festive, le public, à l’image des musiciens, s’en donne à cœur joie, ce qui donnera au show d’IN EXTREMO un goût de trop peu.

33


Setlist : Rasend Herz / Zigeunerskat / Vollmond / Feuertaufe / Herr Mannelig / Viva La Vida / Unsichtbar / Merseburger Zaubersprüche II / Liam / Himmel und Hölle / Frei zu sein / Ai Vis Lo Lop / Spielmannsfluch 

BELPHEGOR

34

Vient ensuite le tour de BELPHEGOR, prêt à nous envoyer du son extrême plein les esgourdes. La scène et les pieds de micro sont décorés d’une compilation d’os rongés et assemblé salement avec du scotch, le tout auparavant recouvert d’un sac-poubelle pour conserver la surprise qui ici fera naître plutôt des sourires quelque peu moqueurs.

35

Outre ce qui ici reste un détail visuel, j’espérais me réconcilier avec le groupe qui m’avait déçu lors d’un passage dans mes contrées. Il n’en sera rien, le groupe à hélas un son des plus catastrophiques et qui mettra trop de temps à s’améliorer au fur et à mesure du set à tel point que sur les trois quarts des morceaux, rien ne sera clairement discernable.

36

Le son des guitares est vraiment mauvais, au point où l’on discerne à peine les changements de riff et l’ensemble se perd dans un capharnaüm sonore. Concernant le chant, il en sera de même, et Helmuth malgré une motivation certaine à vouloir remuer le public, n’arrivera pas à motiver la foule. BELPHEGOR n’a pas joui ici de condition sonore des plus appréciables pour nous emmener dans leur univers… Quel dommage…

37

Setlist : In Blood – Devour This Sanctity / Angeli Mortis De Profundis / Impaled Upon The Tongue Of Satan / Gasmask Terror / Conjuring The Dead / Lucifer Incestus / In Death / Justine : Soaked In Blood / Hell’s Ambassador / Bondage Goat Zombie

38

EPICA

IMG_3093

Arrive désormais les Hollandais de EPICA sur la Dave Mustage. Bien que le registre metal sympho semble ici totalement hors sujet au vu des groupes ayant défilé sur les scènes pendant trois jours, le public est là et bien amassé aux barrières.

40

Le show commencera sur les quatre premiers morceaux de leur sixième et dernier album « The Quantum Enigma ». Il est difficile de ne pas tomber sous le charme de la belle Simone Simons dont la beauté n’a d’égal que son talent.

41

Il s’en suivra un show de très grande qualité avec des musiciens hors pair, qui au vu des sourires qu’arborent leurs visages, s’éclatent sur scène pour le plus grand plaisir des spectateurs. Tous en imposent sur scène et vivent leur musique et n’ont aucun mal à faire vibrer le public avec eux. EPICA et particulièrement Simones Simons, est bien en dehors du côté « m’as-tu vu » que l’on peut remarquer et détester sur bien des groupes de metal sympho à chant féminin, c’est une véritable front woman qui n’a aucun mal à transmettre l’émotion dont elle fait part sur scène.

42

Malgré un set qui semble un peu trop réglé comme une horloge, et donc manquant de naturel par moments, EPICA aura offert un show d’une très grande qualité et fait vibrer le public du MOTOCULTOR.

43

44

Setlist : Originem / The Second Stone / The Essence Of Silence / Victims Of Contingency / Unleashed / Storm The Sorrow / Cry For The Moon / Sancta Terra / Unchain Utopia / Consign To Oblivion

ARCANIA

45

Très gros changement de programme : SIX FEET UNDER ne pourra assurer son show suite à une panne de leur tour bus. Ils seront donc remplacés par ARCANIA, groupe de thrash metal nous venant d’Angers. À peine arrivés sur scène que Cyril au chant balancera un « Nous ne sommes pas SIX FEET UNDER », certains en rigoleront, d’autres moins et se disperseront. Actuellement en train de défendre leur second opus « Dreams Are Dead », ARCANIA bénéficie d’un énorme privilège de jouer à cette heure et ouvrir pour TESTAMENT comme le dira à plusieurs reprises Cyril : « on s’en fout si vous nous sifflez ou si vous nous crachez dessus, on est trop heureux de jouer avant TESTAMENT ».

46

ARCANIA assurera son set correctement, le son étant assez bon mais les lumières plus que difficile. Les morceaux sont bien maîtrisés et ne manquent pas d’énergie. Étant quelque peu dans une situation cocasse de par ma position par rapport au groupe, je ne m’exprimerais pas plus quand à leur prestation et laisserais mes nombreux collègues rédacteurs donner un avis extérieur quand au show d’ ARCANIA. Je finirais simplement en disant que jouer devant un public s’attendant à voir SIX FEET UNDER n’est pas chose aisée et qu’à ce niveau, ARCANIA ne peut que s’en sortir gagnant.

47

TESTAMENT

48

La fin se fait sentir, la fatigue aussi mais comment clôturer trois jours aussi éclectiques et bourrés de talents ? Avec TESTAMENT pardi ! TESTAMENT est une véritable légende qui sur scène va tout retourner avec une aisance déconcertante.

49

Chuck Billy est impressionnant sur scène, malgré quelques petites lacunes dans son chant ça et la, il bénéficie d’un charisme monstre et impose le respect.

50

Les autres musiciens ne sont pas en reste, les soli d ‘Alex Sklonick sont exécutés à la perfection et il fait par d’une prestance incroyable sur scène sans oublier cette machine à riff qu’est Eric Peterson. Steve DiGorgio à la basse, en nouveaux venus au sein de la formation a bien pris ses repères et n’hésite pas lui aussi à se mettre en avant pour booster le public.

51

52

Concernant les morceaux exécutés, TESTAMENT restera sur les valeurs sûres et les morceaux phares de sa carrière dont le dément « Into The Pit ». Et effectivement le pit sera survolté, le public a clairement décidé de donner tout ce qui lui restait face au show de TESTAMENT, de la folie pure pour une ambiance qui littéralement explosera sur ce final. TESTAMENT ou comment finir un festival en apothéose.

53

Setlist : Rise Up / The Preacher / More Than Meets The Eye / Native Blood / Dark Roots Of Earth / Into The Pit / The New Order / Practice What You Preach / Over The Wall / D.N.R. (Do Not Resusciate) / Three Days In Darkness

———————————————————————————————————————————————–

Un grand merci à Karine Sancho pour l’accréditation, à François pour l’accueil dans les pit, à toute la team du MOTOCULTOR, aux confrères, consœurs, amis présents Frans, Slaytanic, Niko, Naiko, Denver, Shawn, Flo, Lionel, Mat, HK, Oror, Guizmo, Philou etc pour n’en citer qu’une petite partie de cette grande famille, et comme dirait un clown qu’on a croisé souvent dans le pit photo et qui n’en rate jamais une : je vous aime putain !

Et enfin merci aux groupes, au public venus plus nombreux encore cette année et enfin merci à toi qui lis ce report.

 

Retrouvez ces artistes sur facebook

TESTAMENT + ARCANIA + EPICA + BELPHEGOR + IN EXTREMO + LOUDBLAST + OBITUARY + NAÏVE + KORITNI + INQUISITION + CHURCH OF MISERY + QUANTICE + HEADCHARGER + MOBÜTU + ANTICORPSE

Anticorpse

Mobütu

Headcharger

Church Of Misery

Inquisition

Koritni

Naïve

Obituary

Loudblast

In Extremo

Belphegor

Epîca

Arcania

Testament

Motocultor Festival