Phenix Promotion

FALL OF SUMMER FESTIVAL – @Torcy (FR) le 06/09/14

Deuxième journée du FALL OF SUMMER avec :

WATAIN + ENSLAVED + SODOM + ASCENSION + AHAB + ARTILLERY + SALEM + ASSASSIN + DEBAUCHERY + CODE + DEN SAAKALDTE + VORKREIST + CAN OF WORMS

C’est parti pour la seconde et dernière journée du FALL OF SUMMER dont les hostilités commencent aujourd’hui à midi avec CAN OF WORMS .

CAN OF WORMS

01 Les Bayonnais de CAN OF WORMS ouvriront cette seconde journée sur la Sanctuary à coup de thrash oldschool des plus efficaces. Au chant et guitare, Steven envois le bousin dès les premières note afin de réveiller définitivement les courageux festivaliers, levés tôt pour assister à leur set. Krokx à la guitare gère bien les growl en accompagnement à Steven, le tout sous une guitare au son des plus incisifs accompagné par Julien à la basse qui se fera un peu plus discret sur scène en comparaison à ses compères.

02 CAN OF WORMS livre un set sur un thème apocalyptique dans une ambiance bonne enfant et saura charmer le public qui répondra à ses demandes : pogo et moshpit seront de la partie malgré un public peu nombreux devant la Sanctuary.

03 La setlist se basera essentiellement sur l’album « World Collapse » avec des morceaux particulièrement destructeur à l’image de « Cataclysmic Impact » ou encore le très bon « Nuclear Holocaust ». Malgré un public peu nombreux (mais pas des moins réactif) et un son bien trop fort, les CAN OF WORMS ont ouvert cette seconde journée avec un set de qualité et s’en sorte avec les honneurs.

04 S etlist : Running Dead / Cataclysmic Impact / Mechanic God Of War / Nuclear Holocaust / Xenomorph Legions / World Collapse / The Crusher

VORKREIST

05 C’est à nouveau sur la Sanctuary que prendront place les Franciliens de VORKREIST avec leur black metal agressif. Au chant, Saint Vincent (également chanteur de BLACKLODGE ), effectuera son set sans fioriture, le tout en efficacité.

06 En ce qui concerne les deux guitaristes A.K. et Es-X, ils offriront de belles parties brutales tout en passant par des phases plus mélodiques et des soli parfaitement exécutés. À la basse se trouve Narcotic, également membre de BLACKLODGE , remplaçant le défunt LSK nous ayant quitté l’année dernière, qui enverra une basse bien pesante venant appuyer l’atmosphère des morceaux.

07 Les morceaux joués retraceront l’ensemble de leurs différents opus en passant par « Thorn Torments The Impaled » de l’album « Sabbathical Flesh Possession » de 2003, e « Sodogma » et « Torture Kult » de « Sublimation XXIXA » de 2006 ou encore les très bons « Maledicte » et « Ecce Homo » du dernier né Sigil Whore Christ sorti en 2012.

08 V ORKREIST n’aura aucun mal à insuffler une ambiance prenante qui attirera toute l’attention du public en ce début de journée.

Setlist : Maledicte / Onwards To The End / Thorn Torments The Impaled / Ecce Homo / Great Order Of Sterile Lunacy / Sodogma / Dominus Illumination Mea/Torture Kult / Soldiers Of Satan’s Wrath

DEN SAAKALDTE

09 La Norvège représente un réel vivier de bon groupe de black metal, ici, DEN SAAKALDTE ne dérogera pas à la règle. Eldur au chant, transmettra une bonne énergie sur scène avec un chant qui vient du ventre et fera incontestablement son effet. Seidemann à la basse en imposera sévèrement que ce soit sur l’aspect rythmique comme de par sa présence sur scène. DEN SAAKALDTE n’officie pas dans un registre black metal pur et dur, les guitares de Sykelig et Tjalve nous le rappellent à coups de riffs mélodieux avec des ralentissements de tempo parfois surprenants.

10 Actuellement sur les routes pour défendre leur album « Faen I Helvete » sortis en mai de cette année, les trois quarts des morceaux joués seront ici de celui-ci à l’exception de « La Vinteren Vaere », « Evig » et « Drikke Ens Skål ».

11 Malgré un public plus discret étant passé je pense en mode « je digère sur la butte en herbe », DEN SAAKALDTE a su montrer à quel point la Norvège est une source intarissable de groupes qui valent le détour.

12 Setlist : Din Siste Dag / La Vinteren Være / Evig / Endeløst Øde / Drikke Ens Skål / Som Et Arr På Sjelen / Djevelens Verk

CODE

13 Un peu plus original sur ces origines, le black metal de CODE nous vient droit d’Angleterre. Bien décidé à marquer les esprits, CODE partira sur les chapeaux de roues avec des riffs puissants venant nous péter en pleine tête. Wacian au chant sort des sentiers battus à coups de vocalises claires et posées tout aussi maîtrisées que ses growls, ce qui donne plus de profondeur aux morceaux exécutés. Code livrera un set surprenant avec des morceaux qui livre autant de brutalité que de douceur au travers de passages harmonieux et planant à souhait.

14 Malgré un son qui n’est pas exceptionnel, l’ensemble sonne assez bien, avec ses guitares pesantes venant plomber l’atmosphère et ses variations constantes de tempo, CODE surprendra par la recherche et la qualité que ses compositions offrent.

15 Scéniquement parlant, la prestation de CODE se voudra stoïque : peu de communication avec le public, peu de mouvements sur scène, le groupe misant tout sur l’impact de ses morceaux. CODE aura conquis et surpris les festivaliers du FALL OF SUMMER .

16 Setlist : The Cotton Optic / Edysis / Trace / Smother / The Lazarus Chord / Rattle / Possession Is The Medicine / Triptych / Cloud-Formed

DEBAUCHERY

17 Nous allons directement tailler le vif avec DEBAUCHERY . Car DEBAUCHERY c’est du sang, des femmes nues baignées de sang, du riff à tout va, du sang et enfin du sang ! Ici, les femmes nues baignées de sang seront remplacées par des mannequins à leurs effigies, il ne faut pas trop choquer le petit Français au cœur sensible contrairement à ce que le groupe offre sur scène en dehors de l’hexagone.

18 DEBAUCHERY ça rime avec boucherie, et c’est bel et bien ce qui se passera. Des morceaux basiques, mais d’un tranchant qui ne peut laisser indifférent. Thomas Gurrath au chant et guitare enverra son Death’n’roll grassouillet devant un public venu nombreux assister à leur prestation.

19 DEBAUCHERY n’est pas le groupe à prendre trop au sérieux. En dehors d’un décor de scène tape à l’œil, c’est assez basique, voir même répétitif, après ça plaît ou ça ne plaît pas.

ASSASSIN

Retour sur du thrash avec les Allemands d’ ASSASSIN pour ce qui sera une première en France mais également une première pour Ingo Bajonczak remplaçant Robert Gonnella au chant. 20

Le chant de Ingo est correct pour un premier jet en live, il nécessitera bien sur quelques améliorations, le rodage venant à peine de commencer, mais dans l’ensemble ça sonne vraiment bien et sur scène il se donne à fond et n’a aucun mal à faire du public son allié. Les autres membres ne sont pas en reste puisque, chacun leur tour, ils ne manqueront pas de communiquer avec le public tout en offrant une scène tout en mouvement. 21

La majeure partie de leur set sera axée sur l’album « The Upcoming Terror » sortis en 86 ce qui ne nous rajeunit pas, avec « The Last Man » ou une version allongée en live d’ « Assassin », ils n’omettront de jouer des morceaux plus récents à l’image de « Breaking The Silence » qui a débloqué bien des nuques en cette fin d’après midi. 22

Pour une première en France et une première pour leur nouveau chanteur, ASSASSIN aura su marquer les esprits et convaincre le public à coups de riffs ravageurs. 23

Setlist : Fight (To Stop The Tyranny) / Breaking The Silence / The Last Man / Forbidden Reality / Baka / Destroy The State / Assassin

SALEM

24 Il est temps de rejoindre la Blackwaters stage venant d’ouvrir les portes pour les Israéliens de SALEM .

La prestation de SALEM nous laissera perplexe. D’un côté nous avons un groupe dont les musiciens sont carrés à souhait, un chant qui est très bon, des morceaux qui envoient mais, la sauce ne monte pas. 25

Malgré les considérables efforts de la part de Ze’ev Tananboim au chant à motiver le public et qui ira jusqu’à grimper sur le totem en latéral de scène, leur prestation manque de robustesse et de vitalité. La moitié du public se lassera de leur prestation, certains partiront aux bars et d’autres iront se placer à l’avance devant la Sanctuary stage. 26

Sur l’aspect musical, SALEM aura donné une belle prestation mais sur l’aspect communicatif et énergie sur scène, il y a beaucoup de travail à faire et la déception est de mise.

ARTILLERY

27 S’en suivra le thrash des Danois de ARTILLERY . Michael Bastholm Dahl, nouveau chanteur depuis 2012, nous impressionnera par la qualité de son chant et par l’aura énorme qu’il possède sur scène. Il n’aura aucun mal à rallier le public à sa cause dès le premier morceau.

Les guitares manquent de puissance et se font discrètes sur certains passages où elles devraient être mises en avant, il faudra donc tendre l’oreille et redoubler d’attention afin d’en percevoir les subtilités sur les soli et sur les passages mélodiques. Contrairement à leur compère guitaristes, la basse et la batterie seront tout en puissance dans des rythmiques de plus entraînantes. 28

Coté setlist, ARTILLERY commencera par des morceaux issus du dernier album « Legions » sortis fin 2013, tel que « Chill My Bones » et l’énorme « Legion » qui fera office d’un véritable boulet de canon pour faire exploser l’ambiance, sans pour autant oublier les « vieux » titres « When Death Come » ou encore « Terror Squad » 29

30 ARTILLERY , malgré quelques soucis sonores, aura retourné la Sanctuary stage et conquit un public venu nombreux les voir.

Setlist : Chill My Bones (Burn My Flesh) / Legions / When Death Comes / By Inheritance / The Challenge / Khomaniac / Terror Squad

AHAB

De retour les pieds dans le sable pour se prendre ce que sera une claque phénoménale avec le Nautik Doom des Allemands de AHAB pour qui ce sera également une première en France, il est indéniable que le FALL OF SUMMER a décidé de nous gâter avec une affiche de très grande qualité. 31 « Seuls » quatre morceaux de leurs trois albums seront joués, à noter cependant que la durée de chaque titre dépasse amplement les 10 minutes. AHAB offrira de ce fait plus de 40 minutes dans une atmosphère qui nous prendra directement aux tripes.

32 Impossible de décrocher les yeux de la scène, chaque membre envoi ses riffs plein de lourdeur et débordant d’émotion avec un jeu très posé sur scène et une communication pour ne pas dire inexistante, mais au vu de la dose émotionnelle que délivrent leurs morceaux, l’inverse ne ferait que plomber cet effet.

33 Le public est hypnotisé par la prestation de AHAB dont chaque minute nous captive continuellement dans un flot d’émotion auquel on ne peut rester indifférent. Le groupe terminera sur le magnifique « The Hunt » qui laissera un goût de trop peu mais AHAB aura offert un show sensationnel.

Setlist : The Divinity Of Oceans / Old Thunder/Deliverance / The Hunt

ASCENSION

Les Allemands d’ ASCENSION étaient décidés à offrir une scène qui a de la gueule. La scène est envahie d’une lumière tamisée rouge agrémentée d’un certain de nombres de bougies du plus bel effet.

34 35

Le chanteur balancera des growls impressionnants qui nous porteront d’eux-mêmes dans l’ambiance si particulière de la musique d’ ASCENSION . D’un point de vue riff et structure musicale, le groupe n’a pas inventé la poudre, certes, mais le tout est ici maîtrisé et chaque membre fait preuve d’une virtuosité sans conteste. 36

L’ambiance est violente, pesante, d’une profondeur intense et chaque morceau vient compléter le précédent afin de pousser encore plus loin le climat qui s’est créé sur la Sanctuary stage. 37

Ces 50 minutes de set passeront trop vite, le son est excellent, les musiciens cartonnent et les titres déboîtent, ASCENSION aura mis une belle claque au FALL OF SUMMER , et ce pour notre plus grand plaisir.

SODOM

38 Nous resterons dans les contrées Allemande avec l’une des têtes d’affiche qui laissera des grosses traces aussi en cette journée pleine de surprise : place aux thrashers de SODOM .

Le trio ne fait jamais dans la dentelle, et ce soir il n’en sera pas autrement, d’ailleurs leur set commencera sur « Agent Orange » histoire de foutre le bordel dès le début. Le son sera crade, mais dans le bon sens, du bon vieux son thrash bien old school qui tâche en soit. Tom Angelripper, au chant et à la basse, s’éclate totalement sur scène. Il a de l’énergie à revendre et à communiquer au public, qui semble quelque peu fatigué mais tout de même bien réactif. 39

Bernemann à la guitare ne sera pas en reste, malgré un son manquant de puissance, il plaquera ses riffs bestiaux avec précision et une banane constante au visage. Ajoutez à cela Makka qui malmène ses fûts avec brutalité et vous obtenez la recette idéale d’un thrash qui tabasse sévèrement sur scène. 40

SODOM aura offert un set remarquable digne de tout bon vieux thrasher qui se respecte.

Setlist : Agent Orange / In War And Pieces / Outbreak Of Evil / Surfin’ Bird / The Saw Is The Law / Sodomy And Lust / Stigmatized / Blasphemer / City Of God / Burst Command ’til War / M-16 / Remember The Fallen

ENSLAVED

Place désormais à ENSLAVED qui démarrera son set pied au plancher avec « Death In The Eye Of Dawn » tiré de leur dernière pépite « Riitiir » sortis en 2012. Scéniquement, ENSLAVED offre ce qu’il fait de mieux, pas de visuel transcendant mais des morceaux joués tout en puissance livrant des claques à répétition. 41

Arve Isdal, à la guitare, enverra du lourd constamment et ne manquera pas, à sa grande habitude, de taper la pose par moments. Grutle Kjellson, au chant et à la basse, donnera tout ce qu’il a à coups de bons gros riffs puissants tout en montrant à quel point son chant a du coffre à revendre. Herbrand Larsen au clavier, adoucira l’ambiance sur les morceaux plus calme avec des nappes pleines de mélodies et un chant dont le timbre est empli de douceur. 42

Une set list très variée qui comportera des moments forts face à d’autres « doux », nous aurons le plaisir d’avoir des morceaux tel que « Riitiir », « Allfadr Odin » sans oublier le final sur « Isa », de quoi ravir les festivaliers en masse devant la Sanctuary stage. ENSLAVED aura donné une prestation frisant la perfection. 43

Setlist : Death In The Eye Of Dawn / Ruun / Ethica Odini / Riitiir / As Fire Swept Clean The Earth / Allfadr Odin / Isa

WATAIN

Le fin se fait sentir, et quoi de mieux pour finir cette journée et ce festival qui nous en a mis plein la tête, qu’avec une cérémonie complète en compagnie de Suédois de WATAIN . La tension est palpable, le show de WATAIN est très attendu, nous savons tous que nous allons en prend plein les mirettes et plein les esgourdes pendant une heure. Les musiciens arriveront sur scène un à un au son de « De Profundis ». Erik Danielsson arrivera une torche enflammée en main, qui servira à embraser la scène complète : la messe commence !

44 Une scène donc tout en flamme, des ossements, des tridents, des sculptures ensanglantées, tout est fait pour hypnotiser le public et maintenir toute notre attention sur une scène impossible à décrocher du regard. Erik ne tiendra pas en place et se lâchera de a à z, entre les moments où il va vers son autel pour faire des offrandes, ou quand il pète littéralement un câble et semble se laisser aller à la folie, son jeu de scène est époustouflant.

45 46 Le son est excellent, les guitares sont parfaitement audibles, et quel plaisir de les voir headbanguer sous des déluges de flammes !

47 Le set de WATAIN jonglera beaucoup entre des morceaux « calme » face à d’autres plus brutaux. Nous aurons ainsi droit au terrible « Reaping death » qui précédera le doux « The Wild Hunt », sans oublier le magnifique « Hymn To Qayin ». Certains regretteront un set trop calme de la part de WATAIN pour clôturer la Blackwaters stage, il est vrai que quelques morceaux brutaux en plus n’auraient pas été de refus. Malgré cela, WATAIN aura offert une très belle cérémonie de clôture du FALL OF SUMMER .

48 49

Setlist : De Profundis / Black Flames March / Malfeitor / Reaping Death / The Wild Hunt / Hymn To Qayin / Kiss Of Death / Waters Of Ain

50 Le FALL OF SUMMER avait beaucoup fait parler de lui avant que les hostilités ne s’engagent officiellement sur scène pendant ces deux jours. Après ces deux jours de folie, il est certain que l’on va en entendre parler encore très longtemps. Le seul bémol que l’on pourrait citer se trouvera dans l’espace camping trop petit et très vite saturé ayant amené certain festivaliers à poser la tente dans les espaces verts du camping. Toutefois, cette première édition est une réussite totale, toute l’équipe du FALL OF SUMMER peut être fière, encore un grand bravo à tous ceux ayant donné de leur personne afin de nous offrir ces deux jours des plus mémorables dans un accueil des plus chaleureux.

Un grand merci à Jess et la Korpo’ pour l’accred et espérons qu’une seconde édition verra le jour.

Report réalisé par Phenix

Retrouvez ces artistes sur facebook

Can Of WormsVorkreistDen SaakaldteCodeDebaucheryAssassinSalemArtilleryAhabAscensionSodomEnslavedWatainFall Of Summer Festival